Placard de la cuisine : objectif zéro stock !

Print Friendly

Qui dit nouvelle année, dit nouvelles bonnes résolutions ! Mais avez-vous tenues celles de l’an dernier ? J’ai récemment déménagé et à cette occasion j’ai réalisé qu’une fois de plus mes placards de la cuisine étaient remplis de bonnes choses que je n’utilisais jamais, et qui vont très probablement se périmer avant même que je pense à les consommer … Je suis prête à parier que c’est pareil chez vous !

Dans mes placards il y a …

J’ai donc pris mon courage à deux mains et j’ai complètement vidé mes placards de nourriture dans de grands sacs de courses. Voici les catégories d’aliments que j’ai trouvé :

  • épices, sel, poivre, bouillons
  • conserves de tomates (sous toutes ses formes : concassées, coulis, pulpe, …)
  • huiles, vinaigres
  • sucre, farine
  • conserves de maïs, haricots rouges, macédoine de légumes, champignons des bois, … en plusieurs exemplaires bien sûr !
  • légumes secs : lentilles (blondes, vertes, corail), quinoa, du riz, des pâtes
  • des sauces (curry, massala, tomates, …)
Réduire son stock, c'est faire des économies

Réduire son stock, c’est faire des économies

Comment en arrive-t-on là ?

Je ne sais pas. Peut être un vieux réflexe de survie suite à des générations de famines et de guerres ? Peut être parce qu’on se laisse un peu trop berner par les promotions dans les supermarchés ?

Gros volumes sur du Paic : on va en avoir pour 10 ans !

Gros volumes sur du Paic : on va en avoir pour 10 ans !

Pourquoi cela ne sert à rien

Avoir du stock de haricots rouges, de maïs, de mélanges de champignons de bois, … cela ne sert à rien ! Pourquoi ? Tout simplement car le jour où je vais vouloir utiliser cette fichue boite de haricots rouges, admettons pour faire un chili con carne, il va me manquer tout le reste des ingrédients pour faire ma recette. Alors au final, cette boite de haricots rouges j’aurais pu l’acheter en même temps que tous les autres ingrédients non ?

Comment y remédier ?

J’ai décidé de vider mes placards de tous ces produits qui attendent pour rien, et ne garder que ceux qui me servent vraiment, à savoir les épices, les condiments, les bouillons, l’huile, le vinaigre. J’ai aussi pris la décision d’utiliser les paquets entamés, notamment tout ce qui est lentilles, poudre d’amandes, …

Voici comment je compte procéder, et je vous invite à faire de même.

Phase 1 : videz complètement les placards. Profitez-en pour vérifier les dates de péremption. Jeter ce qui est abimé ou périmé (c’est là qu’on réalise que le stock c’est de l’argent qui dort…)

Phase 2 : lavez le placard (c’est l’occasion ou jamais)

Phase 3 : remettez tout ce qui est indispensable à la cuisine, à savoir : sel, poivre, épices, cubes de bouillon, huiles, vinaigres, farine entamée, sucre entamé, fécule de maïs, un paquet de pâtes, un paquet de riz. Et c’est tout.

Phase 4 : sur une page blanche, faites un inventaire complet de ce qui reste

Phase 5 : pour chaque aliment de votre inventaire, vous allez devoir trouver une recette pour le cuisiner, et le faire d’ici à 2 ou 3 semaines. Cette phase est très importante car il ne s’agit pas uniquement de faire un inventaire, mais bien se consommer tout ce stock.

Voici quelques exemples :

  • boite de haricots rouges : chili con carne
  • boite de mélange de champignons : risotto aux champignons
  • paquet de lentilles corail entamé : soupe de carottes et lentilles corail

Et vous, il y a quoi dans votre placard qui n’a pas été utilisé depuis des mois ? Des idées pour les consommer ?

10 commentaires

  • Bonsoir, cet article ma fait « rire » car je suis naturellement un écureuil mais tente de me soigner ?
    J’adore voir mes placards plein, avoir cette sensation de choix !
    Pour ma défense ( qui ne tente rien n’a rien) je cuisine absolument tout ce que je consomme, jamais de plats préparés etc et je me suis depuis un an offert une excuse de plus j’ai emménagé en pleine montagne, la première petite épicerie est à une demie heure de route, autant dire qu’on tâche de ne pas oublier le paquet de café quand on se déplace.
    Trêves de mauvaises fois, je me laisse piégée lorsque je vais faire les courses à 1h de route du coup je fais les stocks pour n’avoir à prendre qu’une où deux petites choses si manque à la petite épicerie mais j’ai semble t-il un soucis à jauger de la bonne quantité :p .
    Avant j’habitais en ville et n’avais donc aucunes excuses pourtant je faisais la même chose :/
    Mais régulièrement je me ressaisis et fais ce que vous préconisez, résultat la dernière fois j’ai établi un planning repas en fonction des stocks et j’ai pu le faire sur 2 mois complet et aurait pu établir un troisième mois (j’ai arrêté ça me désespérait) facile sans avoir de courses à faire.
    Je crois qu’on peut dire que c’est beaucoup…..
    En tous les cas merci pour cet article qui vient de me rappeler de me surveiller 😉

  • bonjour marie élise oui c’est une très bonne idées car moi aussi je fais bcp de provisions comme ci j’avais connu la guerre et au final je trouve parfois des choses périmées donc je vais essayer de faire comme tu dis

  • Bonjour, c’est une excellente idée que je vais essayer de suivre…et oui, j’adore voir mes placards déborder (bcp de manque dans l’enfance), mais il est vrai aussi qu’il m’arrive de trouver des choses périmées… 🙁
    Merci pour cette judicieuse idée !

  • Ah, vous avez tout à fait raison. J’ai trop vécu ça dans mon enfance, faire du stock. Chaque semaine, lors des courses, le ticket de caisse dévoilait une augmentation du montant prévu avant de partir en course. Et ma n mère qui disait, C’est chère la vie.

    Par allergie, je n’arrive pas à faire du stock uniquement pour les ingrédients de base. J’ai besoin v oir mes placards se vider au fil des jours.

    Merci pou r vos remarques qui me réconforte dans mon fonctionnement. E t moi, chaque semaine en passant à la caisse, je ne me dit pas C’est chère la vie mais : comment faisons nous pour arriver cette somme modique pour 3 quand á côté de moi les gens ont un caddie débordant. Nou nous privons pas. Nous aimons les choses saines et délicieuses qui procurent plaisir, apports nécessaires , et comble la faim.

  • Ah, vous avez tout à fait raison. J’ai trop vécu ça dans mon enfance, faire du stock. Chaque semaine, lors des courses, le ticket de caisse dévoilait une augmentation du montant prévu avant de partir en course. Et ma n mère qui disait, C’est chère la vie.

    Par allergie, je n’arrive pas à faire du stock uniquement pour les ingrédients de base. J’ai besoin v oir mes placards se vider au fil des jours.

    Merci pou r vos remarques qui me réconforte dans mon fonctionnement. E t moi, chaque semaine en passant à la caisse, je ne me dit pas C’est chère la vie mais : comment faisons nous pour arriver cette somme modique pour 3 quand á côté de moi les gens ont un caddie débordant. Nou nous privons pas. Nous aimons les choses saines et délicieuses qui procurent plaisir, apports nécessaires , et comble la faim.

  • C’est tout à fait moi. Je vais suivre tes conseil,

  • Très bonne idées.
    En ce qui me concerne, je fais le vide 1 fois par an avant les vacances d’été (car on part plus d’un mois). Ce qui fait que je n’ai quasiement jamais de stock. Je « travaille plutôt en flux tendu » ! 😉 Et pas de plats tous prêts chez moi !
    Mais encore une fois c’est une très bonne idée.

  • Bonne idée, je vais faire ainsi..

  • Ici, on a juste ce qu’il faut pour la semaine (et 1 ou 2 boites de plats préparé genre ravioli et saucisse lentille en cas de « flemme » ou manque de temps)
    Je n’aime pas faire du stock, ça me rappellerai trop chez ma maman qui fait que ça et beaucoups partait à la poubelle malheureusement (Pour vous dire, l’année passé je suis aller chez elle, j’ai trouvé du Ketchup périmé en 2007…)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *